Nos thématiques

Chimie, matériaux et systèmes constructifs

Pour répondre aux enjeux énergétiques, environnementaux et à la demande croissante de modularité/réversibilité, le Bâtiment se doit d’être bas carbone, responsable et évolutif.

Une part du fonctionnement du Bâtiment (gestion de l’énergie consommée et produite, des systèmes, du confort, de l’eau…) est amenée à être relocalisée à l’échelle du Bâtiment ou de l’îlot.

La qualité, les coûts et les délais des projets de construction neuve et de rénovation seront optimisés par la mutation profonde des méthodes de travail, jusqu’à présent séquentielles, découpées vers des logiques de travail en commun et de mutualisation des compétences regroupées sous le terme de « processus intégré collaboratif », avec comme outil principal la maquette numérique. La visualisation  de différents scénarios et l’hyperpersonnalisation des lieux de vie seront également rendu possibles.

La maquette numérique s’accompagnera d’un ensemble d’outils numériques (impression 3D, robotisation, cobotisation) sur le chantier pour garantir la performance du projet et améliorer les conditions de travail des opérateurs. La tendance d’une société hyper-connectée amènera les matériaux, les habitats et les espaces de vie à être eux aussi connectés pour offrir de nouvelles fonctionnalités.

Services, énergie et territoire bas carbone

Le Pôle souhaite répondre à 3 enjeux forts concernant la production et l’utilisation d’énergie. Il s’agit de prendre en compte la numérisation croissante de l’ensemble du champ d’application de l’énergie. Cela conduit à s’intéresser à la production de données, leur traitement et leurs utilités avec à la clé des modèles de croissance qu’il convient d’évaluer puis de massifier.

La  production d’énergie renouvelable doit encore faire d’importants progrès, non seulement sur le plan technique pour améliorer performance et coût d’usage, mais aussi sur des usages plus diversifiés, flexibles et facilitant la mixité énergétique.

Une approche multi échelle de la gestion de l’énergie, et plus responsable, doit se développer, avec à un bout de la chaine de valeur le bâtiment comme producteur et consommateur flexible qui collabore avec son environnement direct (l’îlot) ou de proximité (territoire), et à l’autre bout un maillage global (régional) des flux d’énergie. L’objectif est de réduire drastiquement l’impact environnemental de l’utilisation de l’énergie par le bâtiment et l’industrie tout en améliorant la qualité de vie et la compétitivité du territoire.

 

Economie circulaire

« L’horizon d’une approche pleinement circulaire est de faire du parc des bâtiments la banque de matériaux des constructions futures » afin d’y stocker à long terme les matériaux de valeur destinés à une utilisation future, en prévoyant leur récupération finale et leur recyclabilité. Cela a des répercussions sur le choix des matériaux utilisés dans le Bâtiment, les techniques de construction, les caractéristiques du bâtiment, la gestion des déchets, ...

L’économie circulaire est clairement une thématique transversale, intégrant en particulier les innovations développées dans le domaine des matériaux, de l’énergie, de la gestion de l’eau, prenant en compte la gestion de la protection de l’environnement et de la santé, pour réellement « créer des boucles » industrielles. Cela implique une traçabilité des différents composants, le maintien de leur valeur et de leur qualité intrinsèque. Cette logique de cycle nécessite une évolution des modèles de conception, de développement y compris économique : il s’agit d’un changement de paradigme.

Pour répondre à ces enjeux, des projets de R&D, d’innovation technologique et organisationnelle, seront initiés à diverses échelles : celle du matériau (sain, local, biosourcé, recyclé, recyclable, ...), celle du produit (éco-conçu), celle du bâtiment et du quartier (performance énergétique, confort et santé, le Bâtiment circulaire et durable)